Handicap Polynésie

NOTE: To use the advanced features of this site you need javascript turned on.

Concours Lépine 2010 : le Top Braille récompensé PDF Imprimer Envoyer
Documentation

Le Top-braille, un appareil de poche permettant la lecture instantanée en braille ou en vocal de n'importe quel texte imprimé, a remporté à l'unanimité le Concours Lépine 2010. A partir de tout document écrit, un livre, une revue ou une notice de médicaments, le boîtier à lecture optique retranscrit un texte en braille pour les aveugles et mal voyants, grâce à des picots qui surgissent au fur et à mesure de la lecture. Il est également doté d'une fonction audio pour transformer le texte en son.

L'innovation de Raoul Parienti a été choisie à l'unanimité par les 47 membres du jury. M. Parienti, ancien professeur de mathématiques et ingénieur de formation, s'est dit "ravi et même émerveillé par la prestigieuse récompense"."Nous allons pouvoir dire aux aveugles et mal voyants qu'ils ont un produit qui peut leur simplifier la vie", a déclaré le lauréat qui espère voir le prix de vente (1680 euros) de son invention baisser considérablement pour le rendre accessible au plus grand nombre. "Nous n'avons vendu que 150 appareils [via sa société Vision SAS], c'est très peu au regard des 100 000 mal voyants et aux 250 000 très mal voyants en France", a-t-il encore souligné.

M. Parienti, qui enseigne actuellement l'art de l'innovation et de la créativité à l'université de Nice Sofia-Antipolis, a estimé que ce concours allait permettre de communiquer plus largement sur son innovation. "Je pensais à cet appareil depuis de nombreuses années parce que ma soeur malvoyante n'avait de cesse de demander l'utilité d'apprendre le braille alors que très peu de documents sont écrits en braille", avait-il confié, peu avant la remise des prix. Ce sont dix années de recherche et développement et 1,5 million d'euros qui ont été investis dans ce projet, a-t-il encore expliqué."Je suis l'inventeur, le créateur, j'ai dirigé les développements mais c'est le travail de toute une équipe — une dizaine de personnes — qui a permis cette réussite technique", a-t-il ajouté.

L'appareil lit actuellement des textes en sept langues : français, anglais, espagnol, italien, allemand, portugais et néerlandais, car le premier donateur est hollandais. Mais son concepteur aimerait bien le décliner dans toutes les langues, pourquoi pas en hiéroglyphes ou en chinois.
"C'est un problème de budget et de temps : on estime à 300 000 euros le développement pour l'arabe par exemple. Nous attendons des investisseurs ou des sponsors pour le développer", dit-il.

 

1005_top_braille_photo

Mise à jour le Jeudi, 21 Juin 2012 14:21
 

           Rejoignez également Handicap Polynésie sur    pour des informations au quotidien