Handicap Polynésie

NOTE: To use the advanced features of this site you need javascript turned on.

20/05/2011 - Un labo supermarché pour les mal-voyants PDF Imprimer Envoyer
Actualités Presse

 

Un labo supermarché pour les mal-voyants


 

Un magasin expérimental vient d'ouvrir au sein de l'Institut de la Vision (12e). Un lieu unique en France pour tester des solutions innovantes pour les personnes mal-voyantes. Reportage.  
Rue Moreau (12e), son enseigne reste invisible. A quelques mètres de la rue, c'est un curieux magasin qui a ouvert ses portes depuis avril dernier au sein de l'Institut de la Vision . Le prestigieux centre de recherches, soutenu notamment par la Ville de Paris, accueille un lieu unique en France. Bienvenue dans le "magasin laboratoire" de l'enseigne Casino et de l'Institut de la Vision.
 
La rencontre des trois mondes
« Epicerie », « Crèmerie », « Boissons » : à la lecture des noms des rayons, et au vu des centaines de produits, le visiteur pourrait se croire dans un magasin classique. Mais ici, on ne vend rien. On teste des solutions d'avenir pour les personnes mal-voyantes. "Trois mondes se rencontrent enfin, l'industrie, la recherche et les mal-voyants », se félicite Thierry Jammes, représentant de la Fédération des aveugles et handicapés visuels de France. Jusqu'à fin octobre, une trentaine de patients de l'Hôpital des Quinze Vingt expérimentent les emballages de la marque et de nombreuses innovations technologiques.
Car l’émergence du numérique pourrait changer le quotidien de clients pour lesquels faire ses courses peut s’avérer un calvaire. «Une personne aveugle ne doit pas être en difficulté à chaque pas, explique Thierry Jammes (en photo ci-contre). Par exemple, je ne peux pas faire mes courses seul en supermarché avec mon chien. A part des croquettes, que va-t-il retrouver ?».
C’est bien l’autonomie des personnes handicapées qui est en jeu. Faire ses achats passe aussi par une lecture facilitée… des étiquettes. « Il faut que nous simplifions les informations présentes sur les emballages, estime Margot Roynette, de la direction de l’innovation du groupe Casino. Et travailler sur des polices de caractère plus simples, éviter les couleurs fluos et privilégier des fonds neutres ».
 
Mieux doser les éclairages
Autre problème récurrent : la lumière en magasin. L’enseigne laboratoire permet de matérialiser concrètement des zones d’éclairage, et de mettre en situation les intéressés. Car les traditionnels néons s’avèrent très handicapants pour des personnes déficientes visuelles. « Certains doivent mettre des lunettes de soleil pour faire leurs courses », explique Margot Roynette. Quelles premières solutions ? Un meilleur dosage des éclairages, notamment pour tenir compte des ombres portées sur les rayons, et l’utilisation de matières mates moins réfléchissantes.
 
Etiquettes intelligentes
« Chocolat au lait, attention lactose… ». Positionné sur l’étiquette d’un produit laitier, le téléphone mobile devient un outil parlant pour un mal-voyant. «L’utilisation de puces électroniques intégrées permet de donner plus d’informations sur les produits, par exemple, des allergies ou des contre-indications», détaille Marc Trillard, de « Think and go-NFC », une des entreprises innovantes impliquées sur le laboratoire-magasin. Seuls les téléphones de dernière génération sont équipés, mais les usages évoluent. « C’est un bon début, juge Thierry Jammes. Aujourd’hui, les mal-voyants ont encore peu accès à l’information. La technologie contribue à faire tomber des barrières ».   
 
Lien sur l'article paru sur Paris.fr
 
 

 

Mise à jour le Vendredi, 20 Mai 2011 12:40
 

           Rejoignez également Handicap Polynésie sur    pour des informations au quotidien